22/09/2011

[Test] Dead Island

 

Fraîchement débarqué sur l'île de Banoï, vous profitez de la station balnéaire avec son grand hôtel, ses plages, ses bungalows, la piste de danse où l'alcool coule à flot ! La vie est belle, l'ambiance est bonne... mais plus pour longtemps malheureusement !

En effet, quelqu'un vous saute au cou, mais étrangement ce n'est pas pour vous draguer, mais pour vous mordre jusqu'au sang ! Par chance vous en réchappez et vous êtes conduit dans votre chambre où vous vous écroulez assommé par l'alcool...

La journée du lendemain sera longue... bien longue et c'est en sortant de votre chambre que vous vous rendez compte que quelque chose cloche et vous vous retrouvez bien vite confronté à des zombies ! Qui à dit que ce serait des vacances de tout repos ?

 

 

Bienvenue dans Dead Island !

 

Au début de la partie vous avez le choix entre quatre personnages qui ont eu la malchance de partir en vacances à ce moment là. Deux hommes et deux femmes, chacun avec ses aptitudes propres et ses armes favorites. Par exemple Xian, la Chinoise est fan des armes tranchantes et pourra donc causer plus de dégâts qu'avec des armes contondantes comme des marteaux, batte de base-ball ou autre chose du genre.

Chaque personnage varie sur la sante, la vitesse et l'endurance. Il faudra donc choisir celui qui vous semble plus apte à se débrouiller sur l'île.

A chaque fois que le personnage tue un zombie ou termine une quête, il gagne des points d'expérience, tout comme dans un jeu de rôle. Au bout de tant de points gagné, on passe au niveau supérieur et on peu attribuer des compétences à notre survivant. Il y a trois arbres de compétences. Un pour l'aptitude propre au personnage et deux autres pour l'art du combat et pour la survie.

Ce qui est bien retranscrit dans le jeu de Techland c'est bien c'est aspect survie. La barre de vie n'est pas bien longue (surtout au début du jeu) et du coup si on prend des coups, il faut arriver à se soigner. Pour cela plusieurs options nous sont offertes : boire et manger des sodas et snacks et utiliser des trousses médicales. Ce sera quasiment tout le temps les boissons et les snacks qui nous requinqueront vu qu'ils sont présent en abondance dans les parties civilisées de l'île.
L'île est immense, et heureusement qu'il est possible de conduire des véhicules afin d'aller d'un bout à l'autre de Banoï, sinon il vous faudra bien 40 à 50 min pour traverser toute la station balnéaire !

La partie combat du jeu est tout simplement fun ! La vue est à la première personne, comme dans un FPS et on est vraiment au cœur des combats, on sent même l'angoisse monter un peu quand on entend (à condition de disposer d'un home cinema) arriver derrière soit en poussant des grognements une grappe de zombies ! Pour tout vous avouer ça m'est arrivé quelques fois de sursauter !
Si jamais un zombie arrive vers vous sans que vous ayez eu le temps de lui donner un coup, il tentera de vous mordre. Se propose alors à nous une séquence de QTE afin de se dégager des mains du zombie qui veut se la jouer Dracula.

Niveau arsenal, c'est tout simplement énorme le choix qui nous est proposé, en vrac, voici quelques exemple : des machettes, des planches de bois, des couteaux et avec un peu de chance des armes à feu. Mais je n'en dis pas plus afin de vous garder la surprise de la découverte.
Sachez tout de même que toutes les armes sont sujettes à l'usure. Usure que vous verrez directement sur l'arme. Plus vous l'utilisez et plus elle tombera en miettes ! C'est vraiment bien fait !
Le fin du fin est que vous pouvez lancer sur vos ennemis les armes en votre possession, et si vous en plus vous disposez de l'amélioration (Mod dans le jeu) d'électricité, vous pourrez ainsi fabriquer une machette électrifiée qui une fois lancée sur un zombie, celui-ci dansera la java jusqu'à la mort !

Techniquement le jeu dispose de graphismes corrects, mais il faut reconnaître que ce n'est pas son point fort. En effet, le jeu souffre de textures par moment grossières et d'un clipping assez prononcé. Enfin, à l'heure où ces lignes sont écrites, le jeu a des problèmes de frame-rate lors de grosses scènes d'action où il y a plus de quatre ou cinq ennemis présents au même moment. Techland a publié un communiqué sur Internet en disant qu'ils travaillent à résoudre ce soucis de frame-rate ainsi qu'un petit soucis de sauvegarde automatique.

Les zombies sont bien modélisés, et si jamais on leur casse un membre, comme un bras, celui-ci ne sera plus aussi efficace. Tous les membres peuvent être tranchés et s'en suit une marre d'hémoglobine. C'est sûr, ce jeu n'est vraiment pas à mettre entre toutes les mains et surtout pas aux plus jeunes. Il a été justement classé interdit aux moins de 18 ans.

Pour terminer, sachez que le Dead Island nous propose de parcourir l'île de Banoï jusqu'à quatre joueurs simultanément en étant connecté au PlayStation Network. Ce jeu en réseau permet de se faciliter l'aventure qui peut être assez difficile par moment. Il est évident que se présenter face à un Assassin (un des types de zombies) avec un tout petit peu de vie, une arme trop usée, il est évident que le combat est perdu d'avance. Alors que si on est deux, trois ou quatre, là on peut ruser et encercler l'ennemi qui là sera face à une mort certaine.

 

Dead Island est un jeu édité par Deep Silver, développé par Techland et disponible à la vente depuis le 8 septembre 2011. Et la bonne nouvelle pour ceux qui ont peu de place sur leur disque dur, il ne nécessite pas d'installation.



Points + :

  • l'ambiance oppressante

  • la variété des armes et le fait qu'elles s'usent avec le temps

  • une île immense !!

  • une très grande quantité de quêtes

Points - :

  • les soucis techniques de frame-rate

  • des chargements qui peuvent être un peu longs

 

Note : 15/20

 Vous pouvez retrouver le test et les commentaires sur le forum officiel PlayStation ici.

Les commentaires sont fermés.